Secrétariat international de la CNT

Un an après la répression violente, la résistance des populations de Gafsa et de Sidi Ifni continue

Publié le mercredi 27 mai 2009

Un an après la répression violente de juin 2008 les populations de Gafsa et de Sidi Ifni résistent et nous interpellent. Les organisations, dont la CNT, qui font partie du Collectif Maghreb solidarité appellent à cette occasion à un :


RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ

le Samedi 6 juin 2009 de 15h à 19h à la Fontaine des Innocents - Paris 01 (Métro : les Halles)

Les populations de Gafsa (au sud-ouest de la Tu­nisie) et de Sidi-Ifni
(Sud-est du Maroc), mènent depuis plus d'une année un mouvement social de
grande ampleur.

local/cache-vignettes/L120xH89/maghreb-4e13e.jpg?1422738701

Des luttes légitimes et pacifiques, pour demander de
travailler et vivre au pays et l'arrêt de la marginalisation de leurs
régions. En dépit des importantes richesses locales, minières (à Gafsa) et
maritimes (à Sidi Ifni), le chômage fait des ravages au sein des jeunes
diplômés ou pas. Ils doivent faire face au favoritisme, à la corruption, aux
privilèges et passe-droits de certains hauts responsables locaux.

En juin 2008, à un jour d'in­tervalle, leurs manifesta­tions pacifiques ont
été vio­lemment réprimées.

Les réponses des autorités furent identiques : la répres­sion tout azimut
(dispersion violente et pourchasse des manifestants ; violation et saccages
des maisons ; état de siège des villes, arresta­tions, tortures, invention
de chefs d'inculpation, procès expéditifs…). A Redeyef (Gafsa), la police a
tiré des balles réelles sur les manifestants, faisant un mort et plusieurs
blessés… A Sidi Ifni, des femmes ont été victimes d'attouchements sexuels…

Après les arrestations et les tortures, des dizaines de syndicalistes,
militants associatifs, chômeurs, manifestants et jeunes ont été condamnés à
de lourdes peines de prison.

local/cache-vignettes/L121xH79/images-27-95bd0.jpg?1422738701

A Gafsa, devant la cour d'appel, les détenus et leurs avocats ont réaffirmé
qu'ils ne sont que les porteurs des revendications légitimes de la
popu­lation du bassin minier. Ils ont pu décrire et dénon­cer les tortures
subies, le népotisme, la corruption, la criminalisation du droit syndical,
les atteintes au droit au travail et au droit à l'intégrité physique et
morale de toute une po­pulation, celle du Bassin mi­nier, victime de la
margina­lisation, de la privation de droits socio-économiques et des affres
d'une répression sauvage. Les peines furent lourdes ! allant jusqu'à 8 ans
de prison ferme pour les syndicalistes Adnane Hajji et Bechir Labidi , 6 ans
pour Taieb Ben Othman, Adel Jayar, Tarek H'limi…* Notre camarade Mouhieddine
Cherbib militant associatif en France a été condamné par contumace à 2 ans
de prison ferme pour « délit de solidarité ».

A Sidi Ifni, après les premières condamnations prononcées dans la foulée à
l'encontre de quel­ques militants allant de 6 mois à un an de prison,
d'autres se sont vu prolonger arbitrairement leur détention préventive et
ajourner les audiences de leur procès. Ce n'est qu'après des grèves de faim et d'importants mouvements
de solidarité pour dénoncer leurs mauvaises conditions de détention qu'un
verdict a été prononcé le 10 avril dernier. Des peines qui vont jusqu'à un
an et demi de pri­son ferme pour : Mohamed Issam et Zine El Abidi­ne Radi ;
un an de prison ferme : Hassan Agharbi, Zakaria Rifi et Hassan Tazakaghine …

Les pouvoirs du Maroc et de la Tunisie semblent ne pas se limiter à ces
sévères condamnations, ils poursuivent leur machination à l'encontre des
dé­tenus et de leurs familles.

Ce vendredi 22 mai, divers prisonniers de Gafsa ont été transférés de force
dans d'autres prisons du pays, imposant ainsi un éloignement de leurs
proches et de leurs familles. Un éloignement qui les obligerait à effectuer
pour certains, plus de 300 Km… D'autres militants ont été arrêtés suite aux
actions et marches menées par les familles de détenus de Gafsa. Sept jeunes
incarcérés et un jeune en fuite comparaissent devant le Tribu­nal
Correctionnel de Gafsa pour trouble a l'ordre publique… Le pouvoir Tunisien
persiste dans ses violations incessantes des libertés les plus
élémen­taires.

A Sidi Ifni (Maroc), le militant Sbaalill Brahim (Res­ponsable local d'une
association de défense des droits de l'Homme) qui a purgé sa peine
d'em­prisonnement, se voit notifier la radiation de son poste
d'enseignant…Le pouvoir Marocain est un adepte des doubles peines.

Face à cet arbitraire, les populations de Gafsa et de Sidi Ifni nous
interpellent et elles comptent sur notre solidarité et sur notre soutien
pour :

- la libération de tous les détenus des mouvements sociaux de Gafsa et Sidi
Ifni

- la reconnaissance de leurs droits à vivre digne­ment et à travailler dans
leurs régions

- l'arrêt de la répression et le respect des libertés fondamentales

Cette manifestation se tient le même jour en Algérie, Maroc, Tunisie,
Belgique, Suisse et France


. *Adnane Hajji . Béchir Labidi.(8ans) - Tarek H'limi. Taieb Ben Othman .
Adel Jayar (6 ans) -.Rachid Abdaoui (4 ans) - Abid Khléf . Modhaffar Labidi
(3 ans).- Fayçal Ben Amor . Haroun Halimi . Ghanem Chraiti . Ridha Azzeddini
. Abdessalem Hlaili . . Sami Amaidi . Boubaker B. Boubaker . Hafnaoui B.
Othman . Mahmoud Raddadi . Hédi Bouslahi (2 ans) – Elfahem Boukadous (6 ans
par contumace).


COLLECTIF MAGHREB SOLIDARITÉ :

Association des Marocains en France (AMF), Association de Défense des Droits
de l'Homme au Maroc (ASDHOM), Association des Tunisiens en France (ATF),
ATF-Paris, Associations des Travailleurs Maghré­bins en France (ATMF),
Association pour la Taxation des Transactions pour l'Aide aux Citoyens
(ATTAC), Confédération Générale du Travail (CGT), Confédération Nationale du
Travail (CNT), CEDETIM, Comité pour le respect des libertés et des droits
humains au Sahara Occidental (CORLESO), Comité pour le Respect des Libertés
et des Droits de l'Homme en Tunise (CRLDHT), Ettajdid - Tunisie, Forum
Démocratique pour le Travail et les Libertés - Tunisie, Fédération Syndicale
Unitaire (FSU), Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR), La
Ligue des droits de l'Homme (LDH), La Voie Démocratique, Mouvement contre le
racisme et pour l'amitié entre les peuple (MRAP), Parti Communiste Français
(PCF), Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF), Parti Communiste des
Ouvriers de Tunisie (PCOT), Parti Démocrate Progressiste - Tunisie (PDP) -
Mouvement des Quartiers pour la Justice Sociale (MQJS), Nouveau Parti
Anticapitaliste (NPA), Union Syndicale Solidaires, Union des Travailleurs
Immigrés Tunisien (UTIT), Les Verts, Collectif International de Solidarité
avec Sidi Ifni Aït-Baâmrane)


Collectif Maghreb Solidarité - C/o FTCR. 3, rue de Nantes 75019 Paris

mai 2024 :

Rien pour ce mois

avril 2024 | juin 2024

S'abonner à notre lettre d'information :