Secrétariat international de la CNT

Suède : La SAC à Systembolaget dénonce les très mauvaises conditions de travail dans les exploitations viticoles d’Afrique du Sud

Publié le mercredi 13 mai 2009

Le système d'apartheid a disparu en Afrique du Sud mais dans la pratique,
le système continue à exister dans bien des aspects.

Selon 2 revues de
consommateurs danoise (Taenk) suédoise (Råd och Rön) qui ont publié au
début de ce printemps des articles très critiques, les conditions de
travail dans les exploitations viticoles sont très mauvaises et peuvent
être comparer à celles en vigueur pendant l'apartheid. Les propriétaires
des grandes caves sont blancs et vivent dans le luxe tandis que les
travailleurs et travailleuses noirs travaillent dans des conditions
similaires à l'esclavage, vivent dans la misère, sont mal payés et n'ont
pas de logement. Les travailleurs fixes ont été virés et remplacés par des
travailleurs temporaires. Enfin écrivent les revues, ils sont traités
comme des animaux.

local/cache-vignettes/L300xH225/arton26863-67a59-29fd8.jpg?1422538631

La vente de vin sud-africain dans les pays nordiques est très importante,
la Suède est le second pays importateur de vin sud-africain avec 26
millions de litres par an, juste surpassé par la Grande-Bretagne.

Tout
est vendu à Systembogalet (entreprise qui possède le monopole).
Après les révélations faites sur les mauvaises conditions de travail dans
le secteur viticole, la section syndicale (DFSA) de la centrale syndicale
libertaire SAC au sein de l'entreprise Systembolaget a présenté ses
revendications pour que l'entreprise enquête sur les conditions de travail de dans les exploitations
viticoles d'Afrique du Sud.

Une conséquence directe de la publication des articles et de l'action de
la section de la SAC a été l'envoi par Systembolaget d'une délégation en
Afrique du Sud pour vérifier la situation de visu. Pour la première fois
une délégation de Systembolaget a inspecté les conditions de travail dans
plusieurs exploitations agricoles.

Cependant la section DFSA de la SAC a craint que l'envoi d'une délégation
ne serve que pour la galerie et que ses membres aient simplement salués
les producteurs de vin sans se réunir avec les travailleurs et
travailleuses.

Pour cela, lka SAC a pris contact avec la section syndicale sud africaine de l'entreprise, son délégué Wendy Pekeur et le secrétaire général du syndicat des travailleurs
et travailleuses du secteur viticole, Sikhula Sonke.

« Nous avons transmis plusieurs courriers de Sikhula Sonke à la délégation
dans lesquels celle-ci est incitée à rentrer en contact avec les
représentants du syndicat. C'est très important. Les conditions de vie
pour ces personnes sont inhumaines et Systembolaget a une opportunité
pour améliorer la situation. Nous verrons alors si l'entreprise a un
objectif sérieux en organisant ce voyage.» nous explique Emil Boss de la section syndicale
DFSA - SAC.

Rojo y Negro (journal de la CGT espagnole, anarcho-syndicaliste) a parlé avec Wendy Pekeur, secrétaire générale du syndicat
Sikhula Sonke. Elle nous raconte que ce matin même (mercredi 6 mai) elle a
appelé Systembolaget pour demander une réunion entre la délégation et le
syndicat.

On a aussi contacté l'entreprise suédoise et le responsable du service de
presse et information, Lennart Agén. Il nous a confirmé qu'effectivement il y
avait actuellement une délégation en Afrique du Sud qui a pour mission, entre
autres choses, de vérifier les conditions de travail. C'est intéressant
surtout après les révélations faites par Sikhula Sonke et publiées par Råd
och Rön, bien que Lennart Agén ait affirmé que la décision d'envoyer une
délégation commune entre le monopole suédois et l'entreprise
correspondante en Norvège (Vinmonopolet ) dans un pays « à risque » (ainsi
définit par lui pour les possibles mauvaises conditions de travail) a été
prise 6 mois auparavant. Mais le fait que la délégation ait été envoyée en
Afrique du Sud a sûrement à voir avec les dénonciations faites par le
syndicat sud-africain.


Ronny stansert (CGT Vigo pour Rojo y Negro)

mai 2024 :

Rien pour ce mois

avril 2024 | juin 2024

S'abonner à notre lettre d'information :