Secrétariat international de la CNT

Profits et Pertes

Publié le mercredi 5 juin 2024

Entre la bande de Gaza et la frontière égyptienne se dresse désormais une barrière de métal, d’électronique et de feu. L'armée israélienne y a pris position avec notamment ses chars Merkava.
Pour transporter ses 72 tonnes de machines mortelles à des pointes de 64km/h, il est équipé d’un moteur diesel dont les composants sont conçus à Friedrichshafen (Allemagne) par Rolls-Royce, propriété de BMW, assemblé par l’entreprise General Dynamics, dont les usines sont surtout aux États-Unis et au Canada, mais qui dispose de filiales en Europe. General Dynamics est une société par actions cotée à la bourse de New-York, et ses principaux actionnaires sont des fonds de pension ou d’investissements, dont l’objet est de procurer à ses clients-investisseurs un maximum de revenus sur le capital engagé.

Les munitions principales du canon de ce char sont produites par l’entreprise israélienne Elbit Systems, mais le franco allemand KNDS, ou l’étasunien Nothrop Grumman en produisent bien davantage. Aussi l’État israélien leur en achète grâce aux impôts payés par les citoyen·nes d’Israël et l’aide monétaire décidée à Washington – 38 milliards de dollars pour la période 2017-2028, plus des aides d’urgences accordées régulièrement.
Ces informations sont publiques, accessibles en quelques clics. Il y en a des informations à publier sur ces armes, car il faut bien les vendre ! D’autant que du 17 au 21 Juin se tiendra le salon Eurosatory, l’un des principaux salons de l’armement du monde, dans la bonne ville de Paris. « Protect your future » est le slogan du salon. Elbit Systems sera de la partie, mais aussi tous ses partenaires. Quand ces gens proclament qu’ils protègent un futur, ou, comme le ministère des armées française, que s’engager dans l’armée est une « aventure », rappelons-nous à quoi servent ce qu'on appelle des armes. Par exemple en Palestine et plus précisément dans la Bande de Gaza.

Plus de 36 000 personnes sont mortes (dont 14 100 enfants et 9 000 femmes) depuis novembre 2023 des suites de bombardements aériens, de « frappes ciblées », de pilonnage d’artillerie, de tirs d’obus ou de balles. Qu’on ne peut pas compter le nombre de blessé·es, tant les hôpitaux, devenus lieux de combats, en ont perdu le fil.

Les images tirées des rares journalistes sur place – mais aussi des habitant·es – nous montrent le résultat d’un tir de missile depuis un avion de combat F-35 sur un village de tentes. Elles ne nous montrent pas la terreur devant la bouche béante d’un canon de char Merkava alors que le sol tremble de toute part. Elles ne montrent pas les personnes broyées sous ses chenilles d’acier.Elles ne nous montrent pas la peur totale de sentir que nous sommes réduits à rien face à l’énormité et l’avancée inarrêtable du monstre blindé. Tout cela, nous ne pouvons que l’imaginer, et nous ne pouvons nous résigner à ce que cela dure.
À quoi servent les armes ? À tuer. Et leur vente génère des profits.

Alors que les États vont tranquillement faire leur shopping destructeur à Paris fin juin 2024, comme tous les ans, la guerre continue de rapporter. Du côté israélien, les seuls résultats tactiques et stratégiques sont la destruction et la mort. Du côté palestinien, des centaines de milliers de vies brisées, des villes rasées. Qui peut espérer libérer des otages en rasant jusqu’au sol les lieux de leur détention ? Il y a visiblement pour l’État israélien et son industrie militaire, plus d’importance accordée aux profits d’une démonstration de force armée qu’aux pertes humaines.
La CNT, horrifiée par la poursuite de la logique exterminatrice du gouvernement israélien, s’associe et appelle à rejoindre toutes les manifestations pour un cessez-le-feu immédiat en Palestine.
Nous soutenons l’initiative internationale du collectif intersyndical Workers in Palestine, les campagnes « Stop Arming Israel » et « Aucune arme israélienne » en France.
Nous appelons au boycott du salon du capitalisme de mort Eurosatory et soutenons plus généralement à la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS).


Pour une Palestine libre ! Pas de guerres entre les peuples, pas de paix entre les classes !

juin 2024 :

Rien pour ce mois

mai 2024 | juillet 2024

S'abonner à notre lettre d'information :